Alors que e le financement participatif connait une croissance forte en France, et que sa réglementation évolue, , deux députés demandent plus d'informations sur les investissements présentés sur les plateformes de crowdfunding. Selon ces parlementaires, les investisseurs potentiels doivent mieux connaître les risques auxquels ils s'exposent en finançant des projets via les plateformes de crowdfunding

Comme tout investissement, participer à une campagne de financement participatif n'est jamais sans risque. C'est ce que pointent  les députés Christophe Caresche (Paris) et Olivier Carré (Loiret) dans leur rapport sur l'investissement productif de long terme adopté en commission des Finances de l'Assemblée nationale le 16 septembre 2015

Parmi leurs propositions  : « mieux informer les investisseurs des risques encourus lors des investissements opérés par le biais d'un site de crowdfunding ».

Pour les députés, il existe encore un manque d'informations pour les internautes qui investissent en capital ou au prêt aux entreprises, ils pointent notamment  l'absence de mention du risque encouru : « Certains sites spécialisés dans le domaine des prêts mettent l'accent sur les taux d'intérêt servis aux investisseurs, laissant entendre que le retour est garanti. Or, il est bien évident qu'une PME qui dépose le bilan ne pourra pas rembourser la plupart de ses créanciers, notamment les petits prêteurs »,

 Christophe Caresche et Olivier Carré demandent  « d'ajuster ce cadre juridique », et  l'Autorité des marchés financiers (AMF), qui supervise l'activité  des CIP ainsi que l'Autorité de contrôle prudentiel et de régulation (ACPR), qui surveille les intermédiaires en financement participatif (IFP), pourraient donc agir en ce sens. D'ailleurs, l'AMF confirme avoir été auditionnée dans le cadre de l'élaboration du rapport parlementaire mais se refuse à tout commentaire. Elle recommande cependant aux internautes de de vérifier que le site internet sur lequel ils comptent placer leur argent dispose du label « plate-forme de financement participatif régulée par les autorités françaises » qu'elle délivre.